Nouvelles orientations pour la formation à la traduction de la Bible

« En dépit des limites de la culture et des langue humaines, Dieu nous confie encore la traduction de la Bible. Je me sens plus humble et plus craintif vis-à-vis de Dieu grâce à ce cours. La mission de Dieu est énorme et pourtant, il aime et accepte des langues et des cultures différentes ».

Ke-yi Kim de Wycliffe Taiwan réfléchit aux points forts d’un programme de formation révolutionnaire pour la traduction de la Bible qui s’est tenu récemment à Singapour.

Le premier module de « Langue et traduction dans la mission de Dieu » se tient au Centre de formation des disciples à Singapour.

Bien que la traduction de la Bible semble encore être une activité essentiellement académique pour des linguistes très professionnels, le programme de formation que Ke-yi a suivi, « Langue et traduction dans la mission de Dieu » (LTMG), est un peu différent. Le programme LTMG se concentre sur la mission de Dieu. Ce programme a une vision plus globale et cible un groupe plus large de stagiaires.

Le premier module de LTMG a été organisé conjointement par l’équipe de direction Asie-Pacifique de l’Alliance mondiale Wycliffe (l’Alliance) et Wycliffe Singapour du 2 au 6 décembre 2019. Au total, quatorze stagiaires de Malaisie, d’Indonésie, de Singapour, de Taïwan et de Thaïlande ont participé à la formation. Parmi les participants, on comptait des jeunes qui envisagent leur rôle dans les missions, des travailleurs à plein temps des églises locales et des organisations missionnaires, des responsables d’organisations de l’Alliance et des personnes qui travaillent dans des projets de traduction de la Bible.

En réponse au mandat du conseil d’administration de l’Alliance de développer des supports de formation, et afin de servir les organisations de l’Alliance qui gèrent des programmes de traduction de la Bible, l’équipe de direction de l’Asie-Pacifique vise à travailler avec les organisations de l’Alliance pour développer des programmes de formation à la traduction de la Bible qui soient appropriés au contexte en plus d’être holistiques. L’Alliance estime que toute personne impliquée dans le travail de traduction de la Bible devrait être formée et équipée pour comprendre comment la traduction s’inscrit dans la mission de Dieu.

Pourquoi une nouvelle formation ?

Depuis 1942, Wycliffe Bible Translators est activement impliqué dans la traduction de la Bible et le ministère linguistique et d’excellentes formations linguistiques sont disponibles. Alors pourquoi une autre formation ? En quoi celle-ci diffère-t-elle des programmes de formation existants ? À qui s’adresse cette formation ?

« Il existe des besoins de formation à différents niveaux », explique Simon Wan, directeur de la zone Asie-Pacifique.

Dr Harmelink (debout) en interaction avec les stagiaires pendant le cours.

Il poursuit : « Il est nécessaire d’offrir une formation à ceux qui explorent la traduction de la Bible comme une vocation, ainsi qu’à d’autres qui participent déjà à un programme de traduction de la Bible en tant que traducteurs de langue maternelle, animateurs ou consultants ».

Le Dr Bryan Harmelink, le formateur principal, est directeur de la collaboration au sein de l’équipe de direction de l’Alliance . Au cours des quarante dernières années, le Dr Harmelink a travaillé comme traducteur de la Bible au Chili et comme consultant en traduction en Afrique, en Amérique latine et dans d’autres régions. Il affirme que Wycliffe et ses organisations partenaires ont un bon historique de formation en analyse linguistique, mais ajoute que le programme LTMG a un objectif différent.

Comprendre le rôle du langage dans la mission de Dieu

Au lieu de l’analyse linguistique, le LTMG met davantage l’accent sur la compréhension de la mission de Dieu, en particulier en ce qui concerne le rôle de la langue. Par exemple, comment Dieu utilise-t-il la langue dans sa mission ? Et pourquoi le langage est-il un élément si fondamental de son travail dans le monde ?

Le programme comprend de nombreuses sessions d’étude des Écritures pour encourager les réflexions bibliques sur le langage, la traduction, les missions et la mission de Dieu. Photo par Gary McMaster

« [Le cours] examine le langage d’un point de vue plus théologique que d’un point de vue analytique », explique le Dr Harmelink, « en examinant comment la mission de Dieu est si fondamentale pour notre travail dans le mouvement de traduction de la Bible ; en examinant comment nous pouvons nous rassembler, … travailler ensemble, nous écouter les uns les autres et servir dans la mission de Dieu ; en examinant la théologie comme une pratique locale – comment elle doit faire partie de la vie de l’église et du travail des traducteurs ».

Selon le Dr Harmelink, le public visé est constitué de traducteurs et de personnes intéressées à travailler avec des équipes de traduction de diverses manières, et la formation s’appuie davantage sur la capacité intuitive des locuteurs natifs ou des signataires pour faire de la traduction.

Il espère que la formation aidera les stagiaires à réfléchir sur les langues comme un don étonnant de Dieu. En approfondissant leur compréhension de la langue, elle pourrait les aider à faciliter le processus de traduction partout où ils finissent par travailler.

Organisations de l’Alliance bénéficiaires

« [Le programme] couvre divers domaines importants qui bénéficieraient aux organisations de l’Alliance. dit Simon.

Grâce à des discussions en petits groupes, les participants apprennent par l’auto-réflexion et l’écoute de ce que les autres partagent.

Il ajoute que l’Alliance n’a pas l’intention d’être « prescriptive » sur la façon dont les organisations de l’Alliance devraient utiliser ce programme d’études que le Dr Harmelink est en train d’introduire. Simon estime que la formation devrait être adaptée au contexte local. Par exemple, si certains peuvent l’appliquer comme programme d’études pour le Camp Wycliffe, d’autres peuvent l’utiliser pour former leurs animateurs ou traducteurs de langue maternelle.

Simon espère également qu’à l’avenir, le LTMG pourrait être accrédité par les écoles bibliques de la région. Néanmoins, il existe une certaine flexibilité pour qu’il puisse être dispensé à l’avenir dans différents modules à différents publics cibles.

En fait, avant de diriger le module LTMG à Singapour, le Dr Harmelink a dirigé avec succès ce programme LTMG avec l’Université des Nations (U of N) de JEM . Une cohorte de sept étudiants a terminé le premier master en linguistique appliquée pour la traduction de la Bible à l’Université des Nations au début de 2019. Le Dr Harmelink collabore également avec la Seed Company pour mener un programme similaire à l’Institut biblique d’Afrique du Sud au Cap.

Des graines semées dans le cœur des stagiaires

Formée en linguistique, la Singapourienne Rachael Chong s’est toujours intéressée aux différences culturelles entre les langues. Qu’a-t-elle donc appris de cette formation ?

« J’ai été frappée [par la prise de conscience] que la langue, la traduction et la mission de Dieu soient très étroitement liées. La traduction ne consiste pas simplement à présenter l’Évangile dans une langue différente de la culture cible, mais c’est comprendre la culture et ses sensibilités culturelles, et présenter l’Évangile de la manière la plus compréhensible pour les gens », partage Rachael.

Grâce à la formation, elle voit comment la langue contribue directement au travail de traduction et au christianisme, à l’Évangile et à sa foi. Elle décrit ce qu’elle a appris comme une graine qui a été plantée, et elle espère qu’elle pourra pousser au temps de Dieu.

La Malaisienne Joanna Niow a aimé entendre les histoires inspirantes de l’histoire de la traduction de la Bible, et on lui a rappelé que la traduction est influencée par la mondialisation, les sciences sociales et la technologie.

Joanna est une travailleuse missionnaire de JEM et va bientôt commencer la première traduction orale de la Bible dans la région où elle sert. Elle espère qu’avec cette formation, elle sera mieux équipée pour poser les bonnes questions aux membres de son équipe afin qu’ils puissent produire ensemble une meilleure traduction.

Ke-yi Kam de Wycliffe Taiwan (à droite) écoute les commentaires de Simon Wan (à gauche), le directeur régional de Wycliffe Global Alliance Asie-Pacifique.

Ke-yi Kim, missionnaire chevronnée, est retournée à Taïwan il y a quelques années et sert maintenant de mobilisatrice pour Wycliffe Taïwan. Passionnée par l’aide aux jeunes Taïwanais pour qu’ils s’engagent dans des missions, elle trouve cette formation utile pour réfléchir au multilinguisme comme une bénédiction spéciale de Dieu.

Elle a également appris à voir les missions d’un point de vue supérieur – ce qu’est le cœur et la volonté de Dieu pour le monde entier, et comment il utilise la langue et la culture par le biais de la traduction de la Bible pour se faire connaître.

« Maintenant, je peux utiliser un angle encore plus passionnant et une perspective plus élevée pour encourager les jeunes à se joindre à la traduction de la Bible, et pour les aider à savoir que la traduction de la Bible n’est pas d’enfouir leur tête dans les mots, mais de s’impliquer dans son immense image globale », partage Ke-yi.

Telly Novyanna Dadoalia (à gauche) de Kartidaya Indonesia et David Tan, le directeur exécutif de Wycliffe Singapour lors d’une nuit de partage.

Telly Novyanna Dadoalia, de Kartidaya Indonesia, a été l’une des rares participantes à travailler déjà sur un projet de traduction.

« La première chose qui a eu un impact sur mon travail d’animatrice est d’explorer plus en profondeur et de chercher à apprécier plus pleinement la richesse des langues et des cultures des personnes que nous servons », explique Telly.

« Non seulement les gens devraient venir à Dieu, mais ils devraient aussi être encouragés à adorer Dieu et à avoir une relation plus profonde avec lui à leur propre manière, avec leurs expressions, et à travers la langue la plus proche de leur cœur ».

Perspectives d’avenir

Après la formation de cinq jours, le Dr Harmelink, Simon et un groupe restreint ont procédé à un examen. Ils ont convenu que pour que ce programme LTMG soit durable, la formation des instructeurs doit être une priorité. Ainsi, des formations d’instructeurs sont prévues pour août et décembre en 2020, et pour avril en 2021.

Enfin, Simon demande de prier pour que, grâce à ce programme du LTMG, de nombreuses personnes comprennent non seulement la nécessité de traduire la Bible, mais aussi de comprendre la volonté de Dieu par rapport à ses objectifs en matière de traduction de la Bible.

Texte et photos de Ling Lam, sauf indication contraire.

Un village rom transformé

  par Jurek Marcol En 2017, l’Association Missionnaire Bib...

Read more

La pandémie incite à l’innovation en matière de conseil

Alors que la traduction de la Bible a toujours été un processus en f...

Read more

L’Alliance accueille un nouveau directeur exécutif

Le mercredi 3 juin 2020, Dr. Stephen Coertze a assumé le rôle de dir...

Read more