Informer, enseigner, inspirer : Atelier de formation à la mise en récit vidéo pour les communautés linguistiques en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Le travail de traduction de la Bible dans une culture étrangère est fatigant et éprouvant pour un couple de missionnaires mariés. Ils se disputent bruyamment à la maison.

La femme : pourquoi dois-tu toujours rejeter la faute sur moi ?! Pourquoi ne fais-tu rien ?!

Le mari : Je suis tellement occupé ! As-tu la moindre idée du nombre de choses que je fais ?! Et sais-tu à quel point cette réunion est importante !

La femme : Arrête de me faire des reproches !

Le jardinier du couple, Josh, entend tout. Il le raconte ensuite à un ami, Joël, qui se trouve être un membre important de l'équipe de traduction.

Joël confronte Josh sur sa tendance à faire des commérages. La tension monte alors d'un cran. Josh accuse à tort son ami d'être impliqué dans des actes de sorcellerie liés à la mort récente de son oncle. Ils finissent par se battre à coups de poing.

Plus tard, après avoir découvert la vérité - que son oncle était mort d'une crise cardiaque - et reçu les conseils avisés d'un pasteur bien ancré dans la Parole de Dieu, Josh cherchait à obtenir le pardon de ceux qu'il avait offensés.

•••

Tel est le résumé de l'intrigue du film de 20 minutes, Yu Go Tok Sori Tu?, qui, en langue tok pisin de Papouasie-Nouvelle-Guinée, signifie « Es-tu allé présenter tes excuses ? ». Des chrétiens de diverses origines font face au péché lorsqu'ils travaillent ensemble, et le défi s'avère d'autant plus difficile à relever dans une culture où il n'est pas courant de s'excuser. Le film a servi d'exemple aux bénédictions qui découlent de la recherche du pardon et de la réconciliation.

Cette vidéo est l'un des quatre projets conçus et produits par les participants à l'atelier de production vidéo d'International Media Services (IMS), qui s'est tenu à SIL Papouasie-Nouvelle-Guinée du 6 au 15 février. Les participants étaient issus de divers milieux, allant des dirigeants et des pasteurs aux missionnaires et aux personnes qui se consacrent à la traduction de la Bible et aux ministères qui y sont liés.

La première de Yu Go Tok Sori Tu a eu lieu le dernier jour de l'atelier. La première soirée s'est déroulée dans une église d'Ukarumpa, dans la province des Hautes-Terres orientales, en présence de la population locale et de missionnaires de différents pays en service en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Elle a ensuite été téléchargée sur YouTube et est devenue accessible au sein de la communauté et au-delà, non seulement par le biais des médias sociaux, mais aussi par le partage de fichiers via les téléphones portables.

Les participants ont utilisé le groupe WhatsApp de l'atelier afin de partager les commentaires qu'ils avaient reçus. L'un d'entre eux a écrit :

« Ce matin, au marché, trois habitants (qui n'étaient pas venus à la soirée de lancement) m'ont dit qu'ils avaient adoré le film que nous avions réalisé. Je leur ai demandé comment ils l'avaient vu et ils m'ont répondu que quelqu'un avait partagé le fichier sur le téléphone portable d'un ami. Et ils ont demandé quand aurait lieu le prochain événement. Il y a un GRAND intérêt pour ce genre de films en Papouasie-Nouvelle-Guinée ».

Un autre a écrit : « Amen ! Quelques-uns de mes amis qui ont regardé sur YouTube ont également dit que nous devrions continuer à regarder de tels films. À Dieu soit la gloire ! »

L'un des formateurs de l'atelier a envoyé un message :

« Ce matin, lors du culte de l'église en tok pisin, un traducteur de la Papouasie-Nouvelle-Guinée a prononcé un sermon sur le thème du pardon. Il s'agissait de montrer que la culture de la Papouasie-Nouvelle-Guinée était axée sur la restitution pour mettre fin au désaccord, mais qu'aucune des parties ne cherchait à obtenir le pardon ou ne pardonnait, et que le problème était toujours gardé à l'esprit pour être évoqué plus tard. Cela m'a fait penser à notre conversation lors de l'élaboration de l'histoire du film, et au fait qu'il s'agissait vraiment d'une question importante à traiter ».

Traduire la Bible sur les supports média

L'atelier vidéo a été conçu par Andreas Ernst, directeur de la formation chez IMS SIL International. L'idée est née de la conviction que la traduction de la Bible en format numérique contribuera à promouvoir l'engagement envers l'Écriture.

« La communication n'est pas une voie à sens unique », déclare Andreas. « De même, l'engagement dans les Écritures est une question de conversations qui s'appuient sur l'action du Saint-Esprit dans la vie des personnes que nous servons. Ce cours s'inspire de l'exemple de Jésus qui, par le biais de questions, de conversations et de récits locaux, a permis à ses auditeurs de découvrir l'amour et la présence de Dieu dans leur vie. À mon avis, cette approche n'est pas assez utilisée chez SIL, c'est pourquoi j'ai été très enthousiaste de constater que les missionnaires et les partenaires de SIL en Papouasie-Nouvelle-Guinée s'intéressaient à cette approche ».

Andreas Ernst montre les techniques d'interview aux étudiants en utilisant un écran vert pour la réalisation d'une vidéo. Photo : Susan Frey

L'atelier a été initié et organisé par Susan Frey, une spécialiste des médias de SIL Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cathy Miedes, coordinatrice de la traduction et de la vidéo pour l'Alliance Mondiale Wycliffe, a coanimé le cours avec Andreas et Susan. Les étudiants ont appris à présenter l'Évangile et les vérités qui s'y rattachent par le biais de vidéos, notamment des courts métrages, des vidéos d'histoires bibliques basées sur des images, des vidéos musicales et des vidéos d'information basées sur des interviews, de style « tête parlante ».

Susan Frey donne une formation pratique à un étudiant, en lui montrant l'utilisation d'un logiciel de montage vidéo. Photo : Andreas Ernst

La vidéo et les autres médias numériques étant de plus en plus présents dans la vie quotidienne partout dans le monde, ils ne sont plus une option ou un complément pour le ministère, affirme Susan. Les gens les attendent.

« En Papouasie-Nouvelle-Guinée, de nombreuses personnes préfèrent encore la communication orale, quel que soit leur niveau d'alphabétisation", explique-t-elle. La vidéo peut être un outil très efficace et puissant pour informer, enseigner et inspirer les communautés ».

« L'un des points forts de cette formation est qu'elle a appris aux participants à utiliser la vidéo de manière éthique et locale. J'espère que cela nous aidera à dépasser la tendance à raconter des histoires sur les communautés que nous servons et à donner à ces communautés les moyens de raconter leurs propres histoires ».

Cathy Miedes dirige une session au cours de laquelle les étudiants s'exercent à cadrer des plans et à faire des mouvements de caméra appropriés. Photo : Susan Frey

Intendants des histoires de Dieu

Outre l'apprentissage des techniques de production vidéo, l'atelier a mis l'accent sur le fait que la production médiatique, même pour les non-spécialistes, est un ingrédient clé de la mission de Dieu. Une vidéo de formation produite par l'Alliance, Intendance des histoires, souligne que nous avons tous la responsabilité de témoigner de ce que Dieu fait au milieu de nous.

« Lorsque cette vidéo a été partagée avec le groupe, j'ai eu l'impression que le message avait trouvé un écho extraordinaire auprès des participants », explique Cathy. « Ceux qui avaient initialement exprimé des inquiétudes quant à la possibilité de terminer le cours en raison d'autres engagements ont choisi de rester et ont trouvé des moyens d'assister aux cours à temps ; certains sont même restés après la fin des sessions pour terminer leurs projets. Il semble qu'ils aient saisi l'essentiel : Nous sommes tous les intendants des histoires de Dieu ».

Chaque participant présente une pièce de l'équipement vidéo utilisé dans l'atelier de production vidéo. Photo : Andreas Ernst

Récit : Cathy Miedes, Alliance mondiale Wycliffe

Une conversation sur le conseil en traduction de la Bible en langue des signes

Stuart Thiessen est consultant en traduction en langue des signes chez DOOR International. Il est lui-même sourd. Nous l'avons interviewé dans le cadre d'un dialogue écrit sur la consultation en langue des signes dans les mouvements mondiaux de traduction de la Bible.

Lire la suite

Regard vers 2024

Alors que l'année se déroule, nous nous émerveillons de l'œuvre de Dieu dans notre monde en mutation rapide. Et nous attendons avec impatience un certain nombre de rassemblements et de conversations ayant pour objectif de nous rapprocher les uns des autres.

Lire la suite

Raconter l'histoire de la Bible

Cela peut surprendre qu'un musée fasse partie des organisations de l'Alliance Mondiale Wycliffe. Mais les responsables du musée Maná partagent la même passion pour inspirer les gens à explorer la Bible, son histoire et sa théologie.

Lire la suite