Un lieu sûr pour partager le voyage

« Cette communauté est comme une amorce pour nous encourager tous à aller plus loin. Elle éveille les choses dans mon cœur pour continuer à aller de l’avant ».

Ce commentaire provient d’un participant au Leaders Forum, un projet pilote en ligne de l’Alliance mondiale Wycliffe. Le Forum a été conçu pour faciliter la réflexion et l’interaction interrégionales en tant que facette essentielle du développement du leadership. Le projet a encouragé à un véritable partage entre les leaders plus âgés et les plus jeunes, ainsi qu’entre les différentes cultures et régions. Tout comme Dieu a voulu que nous vivions l’évangile dans le contexte multi-populaire de l’église, plutôt qu’en tant qu’individus indépendants, le leadership se développe lorsque les dirigeants se rassemblent en tant que communauté, plutôt que de travailler de manière isolée.

Le Forum des leaders est né du désir de fournir un environnement sûr et engageant dans lequel un petit groupe de leaders de l’Alliance pourrait établir des relations authentiques. Maintenant que le coronavirus a bouleversé la façon dont nous travaillons tous, un défi supplémentaire consiste à rendre ces efforts reproductibles, en particulier lorsque les déplacements pour assister à des événements en personne ne sont pas envisageables.

« Vous pouvez utiliser les événements pour démarrer des choses ou créer une vision, mais les programmes ne sont pas le moyen de développer le leadership », déclare Todd Poulter, un consultant qui a contribué à la formation au leadership au sein de l’Alliance pendant plusieurs années. « Ils peuvent être des outils, oui, mais notre objectif est de créer quelque chose que tout le monde peut faire ».

Emmaus par Janet Brooks-Gerloff, 1992. (Avec l’aimable autorisation de Benedictine Kornelimünster Abbey, Aachen, Germany)

Un parcours de développement du leadership

Des graines pour cette communauté ont été plantées en 2013 et 2015 lors de deux événements mondiaux qui s’inscrivaient dans le cadre d’un effort de l’Alliance appelé Leaders Journeying Together. Ces rassemblements ont rassemblé des dirigeants d’âges, de cultures et de niveaux d’expérience différents afin qu’ils puissent partager librement leurs expériences, leurs luttes et leurs voyages. Il a été demandé aux dirigeants, jeunes et vieux, de mettre de côté les titres et les règles d’ancienneté et d’interagir sur un pied d’égalité.

Quelque peu inconfortables au début, ces règles de base ont donné lieu à une occasion surprenante et, pour beaucoup, rafraîchissante, d’interaction honnête et d’expression créative. Les dirigeants plus expérimentés ont été encouragés à se démarquer des attentes pour être, selon les termes de Poulter, « irréprochables, irréprochables et constamment compétents ». Cela leur a permis de parler d’expériences difficiles, de faiblesses et de leçons apprises. Pour certains, lors du premier événement organisé au Kenya, le point culminant de la semaine a été d’entendre des dirigeants plus expérimentés parler des défis qu’ils ont dû relever. « Merci beaucoup », a déclaré l’un des nouveaux dirigeants. « J’ai l’impression que je peux retourner faire mon travail maintenant parce que j’ai entendu les difficultés que vous avez dû surmonter, et je vois que je ce que j’expérimente n’est pas si inhabituel ».

Un deuxième événement en Turquie a introduit le concept de « troisième table » . Les participants se sont répartis en deux tables : la table mondiale Nord/Ouest et la table mondiale Sud/Est. Chaque table a répondu à la question suivante : « Quelles valeurs caractéristiques de votre région aimeriez-vous offrir en cadeau à vos homologues du Nord/Sud global pour renforcer notre communauté ? La table bénéficiaire était autorisée à accepter, rejeter ou demander des précisions sur chaque cadeau. Une liste de cadeaux a ensuite été compilée pour créer une nouvelle troisième table avec les valeurs, la culture et les pratiques convenues. Un participant a déclaré qu’il ne s’était jamais senti écouté par ses collègues du Global North au cours de toutes ses années d’expérience de mission. « C’est la première fois que je participe à une réunion avec des Nord-Américains où nous pourrions négocier », a-t-il déclaré. « Normalement, ils nous dictent simplement : ‘C’est comme ça que ça va se passer' ».

En 2018, un troisième événement a eu lieu en Allemagne pour lancer une communauté pluriannuelle et transrégionale de développement du leadership. Les directeurs de zone d’Afrique, d’Europe et des Amériques ont sélectionné des dirigeants de chaque région pour y participer. (Une cohorte ultérieure a ajouté des dirigeants de la région Asie-Pacifique.) Des relations ont été développées et un certain nombre d’idées ont été soulevées, comme la lecture d’un livre ensemble. Il était toutefois difficile de trouver le temps de s’engager dans un tel projet dans un calendrier chargé. Un groupe Whatsapp a servi de véhicule efficace pour partager des demandes de prière, des idées et des encouragements. Mais les organisateurs espéraient trouver un moyen de faciliter un partage continu à un niveau plus profond.

Aller plus loin

Poulter et David Cárdenas, qui dirige COMIBAM et sert de facilitateur pour l’équipe de direction de l’Alliance dans les Amériques, ont eu l’idée d’engager un sous-ensemble plus restreint de cette communauté de développement du leadership qui interagirait plus régulièrement. Sous la direction de Mũndara Mũturi, ancien directeur exécutif associé de l’Alliance pour les régions et directeur du développement du leadership. Ainsi un projet pilote a vu le jour. Le Forum des leaders a débuté en juin 2020 avec neuf participants – des Amériques, d’Europe, d’Asie et d’Afrique. Ensemble, ils représentaient un éventail d’expériences de leadership et, bien sûr, de contextes culturels. Les participants se sont engagés à lire un livre ensemble et à passer jusqu’à une heure par semaine à interagir en ligne sur ce qu’ils lisaient. Ils ont choisi Towards Global Missional Leadership: A Journey Through Leadership Paradigm Shift in the Mission of God, du Dr Kirk Franklin, un livre que beaucoup avaient déjà exprimé leur intérêt pour la lecture.

L’objectif était d’avoir une interaction intégrée et non pas seulement une communication à sens unique. Le groupe s’inspirerait du livre de Franklin comme d’une « ressource vivante », explorée par le biais d’une réflexion communautaire, plutôt que d’être simplement lue de manière isolée. Mi Comunidad, le forum en ligne de l’Alliance Mondiale Wycliffe Amériques, a fourni une plate-forme pratique pour le partage. Les participants se sont inscrits au groupe de discussion du Forum des leaders pour répondre à quelques questions sur le chapitre en cours, et ont été invités à répondre également aux commentaires des autres. Une fois par mois, ils se réunissaient en ligne pour une vidéoconférence afin de discuter de ce qu’ils avaient lu et de la manière dont cela avait eu écho dans leur vie de dirigeant. Les participants ont utilisé leur langue préférée (dans ce cas-ci l’anglais ou l’espagnol), la traduction étant assurée par les autres participants.

« C’est vraiment une idée très simple », dit Poulter. « Choisissez une bonne ressource. Interagir sur une plateforme qui fonctionne. Écouter l’expérience des autres dans des lieux très différents, à travers des défis très différents, et se développer ainsi. Et ensuite, cherchez des moyens de partager votre apprentissage avec les autres ».

Tous les deux mois, le groupe lit des chapitres du prochain livre de Poulter sur le leadership chrétien, Learning to Lead at the Feet of Jesus. Le chapitre de juillet, intitulé « L’instrument principal de Dieu », présentait le concept selon lequel les leaders sont les instruments principaux que Dieu utilise pour développer d’autres leaders. « De la même façon qu’il faut des disciples pour former des disciples qui forment des disciples, il faut des leaders pour former des leaders qui forment des leaders », dit Poulter. « Le but de ce projet pilote est que les gens grandissent grâce à leur interaction, et qu’ils transmettent ce qu’ils apprennent aux autres dans leurs sphères d’influence respectives ». Il était encourageant, selon M. Poulter, d’entendre un participant commenter ses premiers apprentissages avec le livre de Kirk Franklin en disant : « Je vais partager cela avec mon équipe de direction. »

Réfléchir ensemble

Le partage de ce que les dirigeants ont appris a été l’un des thèmes clés des efforts de formation au leadership de l’Alliance. Mũturi a donné une orientation à ces initiatives et y a également participé. Mũturi a mis les dirigeants au défi de répondre à la question suivante : « Êtes-vous un tuyau ou un goulot d’étranglement ? De nombreux dirigeants sont un goulot d’étranglement, a-t-il dit, ce qui signifie que ce qui entre reste dans la bouteille. Les leaders, a-t-il dit, doivent être plus comme une pipe, laissant ce qu’ils ont appris circuler librement à ceux qu’ils dirigent.

Dans leur premier appel vidéo « Zoom », plusieurs participants au Forum des leaders ont déclaré qu’ils savaient déjà que la mission appartient à Dieu, mais qu’il était bon de le leur rappeler. Comme l’a fait remarquer une personne, « Lorsque nous ne comprenons pas la mission de Dieu, nous devenons très concentrés sur les structures, les nombres, les bâtiments et les activités » au lieu de la mission elle-même. Un autre a confié qu’il avait du mal à être poussé à une activité constante. « Je me rends compte, surtout pendant la COVID-19, que Dieu continue à accomplir sa mission même si je ne peux pas être aussi actif que je le voudrais ».

Un autre participant a déclaré que dans sa hâte d’accomplir des choses, « je ne suis pas sûr que cela vienne du Seigneur ou de ma propre force. Cette occasion de réfléchir m’aide à freiner cette tendance et à devenir un praticien plus réfléchi ». Un dirigeant a commenté l’importance de la réflexion pour apprendre et grandir : « Je vois des leaders autour de moi qui dirigent dans le vent parce qu’ils ne prennent pas le temps de réfléchir ».

Cárdenas a déclaré au groupe : « En vous écoutant tous, j’entends que le livre de Kirk sert de plateforme pour réfléchir ensemble. Notre défi est de savoir comment influencer les autres avec cette nouvelle façon de diriger ». Le débordement a déjà commencé, non seulement au sein de l’Alliance, mais aussi dans des connexions ministérielles plus larges. Un dirigeant a invité les gens à une réunion de prière virtuelle pour réfléchir à ce que signifie faire partie de la mission de Dieu. Une autre dirigeante qui aide à diriger un groupe de jeunes dans son église a commencé à plus s’intéresser à la vie de plusieurs jeunes dirigeants afin qu’ils puissent se développer, diriger et grandir.

Un participant a exprimé l’urgence : « Pour le mouvement missionnaire ici dans notre région, il n’y a pas encore d’intentions pour partager le leadership avec la prochaine génération, et de préparer l’avenir ».

« En tant que leaders », a déclaré une autre personne, « nous sommes encouragés à aider les jeunes leaders à comprendre le monde qui nous entoure, des choses comme la manière de diriger en cas de crise ».

« Il n’est pas nécessaire d’être un leader expérimenté pour investir dans les autres », a déclaré une autre personne.

Un lieu sûr pour se développer

Plusieurs participants ont souligné combien il était utile d’avoir un endroit sûr pour s’exposer avec d’autres dirigeants. Une personne a déclaré lors d’une conversation vidéo : « Dans mon contexte, la seule façon d’être un leader respecté est de cacher qui vous êtes vraiment pour le bien de votre réputation. Vous êtes incapable de reconnaître ou de partager vos faiblesses, car les gens vous manqueraient alors de respect. Mais ici, dans ce groupe, je suis capable de dire la vérité sur qui je suis en tant que leader ».

« Culturellement, nous ne parlons pas de ces choses », a déclaré un autre dirigeant. « C’est le seul endroit où j’ai la possibilité d’interagir sur le fait d’être un leader. Dans les autres contextes, on me demande d’être un leader, de faire des choses, de donner, etc. C’est un endroit où je peux réfléchir à ma pratique de leader, à mon exercice du leadership et apprendre des autres leaders ».

Commentaires de Poulter : L’objectif est qu’ils soient à leur tour capables de créer des lieux sûrs pour les autres et qu’ils créent une « contre-culture » du leadership dans leur propre environnement, partout où le système de valeurs prédominant de ce que signifie être un bon leader repose sur un fondement non biblique. Avoir suffisamment de courage et d’espoir dans ce petit groupe pour créer cette même culture avec les leaders dans leur contexte ».

Comme l’écrit le Dr Joshua Boganjoko, directeur international de la SIM, dans son livre Rethinking Leadership: How African Village Traditions and the Bible Point Toward Renewed Leadership:

« …Dans mon propre cheminement de disciple, j’ai commencé à saisir l’influence de mes origines sur mes valeurs et ma pratique du leadership, et comment le Saint-Esprit, à travers la Parole, peut à la fois utiliser et transformer mon riche héritage ainsi que celui des autres…. Mais pour comprendre et apprécier pleinement l’impact de modèles culturels profondément enracinés, il sera nécessaire de s’engager dans une réflexion dirigée par le Saint-Esprit, d’examiner avec compassion mais aussi de manière critique où nous en sommes…. »

« Notre défi est de nous éloigner d’un style de direction autoritaire et corporatif pour nous rapprocher d’un environnement communautaire d’amour », a déclaré un participant.

“Leaders must create the environment in which others can thrive,” adds Poulter.

Leaders apprenant ensemble

Voir une interaction franche se produire dans le cadre de ce projet pilote a été gratifiant pour les organisateurs. Une communauté a commencé à émerger. Les dirigeants se sont engagés dans des idées liées à la mission de Dieu et au leadership biblique. Ils ont réfléchi ensemble à ce qu’ils apprenaient et à la façon dont ils pouvaient l’appliquer en tant que leaders. « Il est gratifiant pour moi de pouvoir renforcer ma vie de leader », a déclaré un participant au forum, « non pas en faisant, mais en étant, et en influençant les autres ».

Dieu peut apporter un certain nombre de résultats par le biais de cette expérience, mais une chose est sûre : nous avons la confirmation que le développement du leadership se fait mieux au sein d’une communauté, et non de manière isolée. Et bien qu’il puisse être utile d’organiser des événements de définition de la vision et des rassemblements participatifs plus importants, l’utilisation d’un format « assez petit mais assez grand » est parfois la clé pour entretenir des relations et avoir un partage honnête. Notre contexte actuel exige également que nous trouvions des moyens créatifs d’établir des liens qui correspondent aux horaires chargés des gens et à la réalité post-COVID.

L’un des espoirs de créer une communauté de développement du leadership de l’Alliance, dont est issu ce forum en ligne, était de créer un format qui pourrait être durable. Comme le dit Poulter, « La formation au leadership devient durable lorsqu’un leader passe à d’autres leaders qui passent à d’autres leaders. Ils n’ont pas besoin d’argent pour cela. Ils n’ont pas besoin de matériel. Leur programme d’études est leur vie. Leur programme est l’Écriture. »

« Pendant cette pandémie », a déclaré un participant, « nous ne dirigeons pas depuis notre bureau. Nous gérons depuis notre table de cuisine, depuis notre maison. Nous devons être de vraies personnes, non pas en fonction de nos titres et de nos plates-formes organisationnelles uniquement, mais en fonction de notre réalité, de nos responsabilités quotidiennes. Nous sommes des gens ordinaires qui doivent changer des couches et faire la vaisselle. C’est le genre de vrais leaders que nous devons être ».

Photo: Elyse Patten

Un instrument dans la nuit

Cette communauté pilote en ligne a fourni un modèle simple qui pourrait éventuellement être adapté dans divers contextes. La première étape pour les dirigeants est peut-être de réaliser qu’ils ne peuvent pas diriger seuls. Il faut non seulement une communauté, mais il faut aussi compter sur Jésus. Comme l’a dit un dirigeant : « Je me sens comme … je suis un instrument dans la nuit. Parfois, je ne vois pas très clairement ce que je dois faire. Dieu ne me montre pas toute la vision. Je ne sais pas où je vais. … Je veux me rapprocher de Jésus, reconnaître sa voix parce que mon expérience me dit que je ne suis pas capable de faire les choses qu’on attend de moi en tant que leader. Alors il me conduit à Jésus ».

Récit: Gwendolyn Davies, Todd Poulter
Assistance de Jim Killam

Une conversation avec Rob Myers de DOOR International

Rob Myers, Président de DOOR International, nous a parlé de l’...

Read more

Accueil, les équipes évènementielles doivent s’adapter aux annulations dues à la COVID

La pandémie ayant interrompu la plupart des voyages et des rassemblem...

Read more
A Pinyin-speaking woman looks through a newly dedicated New Testament.

Les Camerounais déplacés trouvent du réconfort dans la traduction des Écritures

Une femme parlant pinyin regarde le Nouveau Testament nouvellement dé...

Read more