Une conversation sur le conseil en traduction de la Bible en langue des signes

Stuart Thiessen est consultant en traduction en langue des signes chez DOOR International. Il est lui-même sourd. Nous l'avons interviewé dans le cadre d'un dialogue écrit sur la consultation en langue des signes dans les mouvements mondiaux de traduction de la Bible. Cette conversation a été modifiée dans le but d'en réduire la longueur et d'en faciliter la compréhension.

Stuart Thiessen, consultant en traduction/linguistique, DOOR International

Quelles sont les choses les plus encourageantes qui se produisent actuellement dans le domaine de la traduction de la Bible en langue des signes ?

Pour moi, le développement de l'outil de traduction en langue des signes (SLTT). est probablement l'une des choses les plus encourageantes. Aujourd'hui, il s'agit d'un effort de collaboration entre l'Alliance biblique universelle et DOOR International, avec un retour d'information important de la part des partenaires de la traduction biblique engagés dans la traduction de la Bible en langue des signes.

L'outil SLTT est né d'une conversation que j'ai eue avec Nathan Miles, de l'Alliance biblique universelle, en 2015. Il m'a contacté pour me demander comment Paratext pourrait être adapté aux langues des signes. Je lui ai dit qu'il serait probablement presque impossible de faire cela d'une manière qui fonctionnerait bien pour les personnes sourdes.

Quelle était l'approche commune à l'époque ?

Les équipes remettaient leurs vidéos au consultant sur une clé USB ou un DVD, ou les téléchargeaient sur Google Drive ou Dropbox. Ensuite, les consultants utilisaient généralement ELAN ou Word pour documenter leurs commentaires sur les vidéos. Ils devaient ensuite attendre une rencontre en personne avec les équipes pour expliquer leurs commentaires, à moins qu'un membre de l'équipe ne puisse lire les commentaires du consultant. Parfois, le consultant enregistrait leurs commentaires sur cassettes vidéo, mais ce processus prenait généralement plusieurs heures supplémentaires pour le tournage et le montage. Les équipes avaient du mal à transmettre les vidéos aux consultants dans les délais impartis et les consultants avaient du mal à transmettre le retour d'information aux équipes dans les délais impartis.

Cela devait être frustrant.

Chaque équipe et chaque consultant utilisaient les outils qui leur convenaient le mieux. Les équipes de traduction travaillaient souvent en silo, ignorant ce que les autres équipes de traduction publiaient, à moins que quelqu'un n'ait une copie des DVD d'une autre équipe ou ne connaisse le site web qu'elle avait créé. Il n'y avait donc pas moyen de voir comment les autres équipes de traduction résolvaient les problèmes de traduction auxquels elles étaient confrontées.

Capture d'écran du SLTT, réalisée en mars 2024

Comment est né le SLTT ?

Nathan m'a demandé de lui expliquer ce dont on aurait besoin. Il a ensuite développé un prototype et m'a demandé mon avis. Par la suite, nous avons commencé à ajouter d'autres équipes et à recueillir leurs commentaires. Aujourd'hui, nous avons plus de 50 équipes actives qui utilisent le SLTT pour rédiger leur traduction de la Bible ou pour développer des ressources qui soutiennent la traduction de la Bible et l'engagement envers l'Écriture.

Je pense que les utilisateurs et les partenaires de l'espace de traduction de la Bible en langue des signes seraient d'accord pour dire que le SLTT a été un facteur important pour aider les équipes à progresser vers leurs objectifs de traduction pendant et après les événements de 2020. Mais il continue également à être utile, en particulier lorsque les visites en personne du consultant ne se font qu'une ou deux fois par an.

Comment fonctionne le SLTT ?

En voici un aperçu :

  • Les vidéos peuvent être rédigées au sein du SLTT ou filmées dans un studio et téléchargées dessus.
  • Les consultants peuvent se connecter et voir les vidéos dès que les équipes les ont téléchargées. Ils peuvent fournir là-même un retour d'information vidéo ou écrit sur la traduction.
  • Les équipes peuvent accéder directement aux traductions en langue des signes publiées par la Digital Bible Library (Bibliothèque numérique de la Bible) et la Deaf Bible Society (Société Biblique pour les Sourds) afin de découvrir comment d'autres équipes de traduction abordaient certains passages.

Ainsi, en moins de 10 ans, nous disposons d'une amélioration significative des processus de rédaction et de vérification des traductions en langue des signes. En bref, le SLTT peut aider les équipes de traduction pendant la phase de rédaction et de retour d'information de la traduction, afin que le produit final soit mieux préparé pour l'édition finale.

Stuart Thiessen présente les ressources de traduction en langue des signes lors d'une réunion de la FOBAI à Sao Paulo, au Brésil, en avril 2024.

Quel est l'état de la collaboration entre les traducteurs en langue des signes dans le monde ?

Nous constatons une intensification de la collaboration, bien que je pense qu'elle soit accompagnée de quelques douleurs de croissance. Nous avons le groupe de développement des Sourds au sein du Forum of Bible Agencies International (FOBAI). Nous disposons de la table 55 dans Chaque tribu, chaque nation. Les deux groupes sont composés de dirigeants sourds et d'alliés entendants. Nous ne sommes pas toujours d'accord sur tous les détails, mais nous sommes unis dans notre volonté de travailler ensemble pour rendre davantage de Bibles disponibles pour les communautés sourdes à travers le monde.

Quels sont les défis posés par le conseil en traduction de la Bible en langue des signes ?

Je dis souvent que les défis relèvent de trois domaines :

1. La rémunération : selon le modèle traditionnel, le consultant développe sa propre équipe de partenaires financiers en contactant des églises et des particuliers pour qu'ils fassent des dons en faveur de son ministère. Pour les consultants sourds, ce modèle est difficile à maintenir. La plupart des églises de Sourds ont déjà du mal à financer le salaire des responsables, le coût des bâtiments et des programmes. Elles ne disposent pas des ressources nécessaires pour soutenir les missions. Les missionnaires sourds doivent ensuite visiter les églises entendantes pour constituer cette équipe de partenaires financiers.

La plupart des églises entendantes n'ont pas de ministère des Sourds, de sorte que le missionnaire sourd doit couvrir les frais de présence d'un interprète lors de toute présentation. Même si un missionnaire sourd dispose d'un interprète et que l'église ou un groupe d'individus est prêt à écouter sa présentation, il doit encore convaincre les auditeurs que le ministère auprès des personnes sourdes est quelque chose qui vaut la peine qu'on y investisse. Ce problème de rémunération peut alors amener des candidats par ailleurs très compétents à refuser de travailler comme consultants en traduction.


2. La formation : la plupart des formations destinées aux consultants en traduction biblique ne sont disponibles que dans la langue parlée, qu'il s'agisse de formations formelles, informelles ou de mentorat. Peu de formations ont été disponibles dans les langues des signes. Cela commence à changer. Un changement utile a été le passage à l'utilisation de critères fondés sur les compétences au lieu de s'appuyer simplement sur la formation formelle.

Si certaines formations peuvent être dispensées par le biais de l'interprétation en langue des signes, le succès de cette formation dépend souvent d'une série de facteurs tels que les compétences linguistiques du ou des participants sourds, le niveau d'éducation du ou des participants sourds, les compétences de l'interprète ou des interprètes et le style du ou des formateurs. Lorsque tous ces facteurs sont positifs, la formation est souvent couronnée de succès. Si l'un de ces facteurs est négatif, la formation prendra plus de temps ou sera moins efficace.

Capture d'écran de la vidéo d'introduction sur translationresources.org , signée Ron Lawer de l'équipe de traduction ASL Deaf Harbor, juin 2024.

3. Les ressources : comme DOOR en a déjà fait l'expérience, il est possible de former des personnes sourdes pour qu'elles deviennent d'excellents consultants, mais si elles ne sont pas en mesure d'accéder aux ressources dont elles ont besoin pour effectuer les vérifications, elles sont limitées dans ce qu'elles peuvent vérifier. Cela vaut pour tous les consultants. Si l'on supprime les bibliothèques de langues parlées que la plupart des consultants utilisent, ces derniers seront également limités dans ce qu'ils peuvent vérifier.

La solution idéale consiste à développer davantage de ressources en langues des signes afin que les consultants sourds puissent accéder à l'information dans une langue qu'ils maîtrisent. En outre, les ressources en langue parlée n'abordent pas les problèmes que la traduction de la Bible en langue des signes doit souvent traiter. L'idéal est donc de disposer de ressources dans une langue des signes pour discuter de la traduction en langue des signes. Le projet Translation Resources (30 heures de contenu vidéo) est un exemple de ressources conçues spécifiquement pour les traducteurs sourds. La bibliothèque du SLTT contient désormais ce document et d'autres ressources signées.

Quels sont les facteurs culturels propres aux communautés sourdes affectant le conseil ?

Les personnes sourdes sont souvent confrontées à un défi unique : l'accès limité à la langue et à l'éducation. Contrairement à d'autres minorités linguistiques, la plupart des personnes sourdes n'apprennent pas leur langue des signes de leurs parents. Ils l'apprennent auprès de leurs pairs, dans une école de sourds ou dans un autre contexte. Les personnes sourdes peuvent ne pas atteindre une maîtrise raisonnable de leur propre langue des signes parce qu'il n'existe pas de sources accessibles pour apprendre leur langue des signes ou parce qu'elles n'y ont pas été exposées suffisamment tôt dans leur vie - ou encore parce que leurs parents, enseignants, médecins, etc. ont activement découragé l'acquisition de leur langue des signes.

Ce manque d'accès à la langue est généralement appelé privation de langage. Alors que les personnes entendantes sont continuellement entourées d'un langage accessible, les enfants sourds n'ont souvent cet accès que plus tard dans leur vie. Les différents degrés de privation de langage ont un impact significatif sur la manière de cibler une traduction de la langue des signes et les efforts d'engagement dans les Écritures. Un consultant en traduction doit être conscient de la situation dans ce pays et travailler avec l'équipe pour soutenir les objectifs de traduction qui répondront aux besoins des personnes sourdes dans leur contexte.

Y a-t-il également des défis technologiques à relever ?

La gestion et le stockage des vidéos constituent un autre défi. Récemment, Deaf Harbor a traduit le livre de Jonas. Le « texte » de la traduction dure environ 20 minutes. Ils ont également tendance à avoir une deuxième vidéo qui contient le texte intégral ainsi que des segments « plus d'informations », qui fonctionnent comme les notes de traduction dans les Bibles imprimées. Le texte et les informations complémentaires durent environ une heure. Côté montage, le total des vidéos, images, etc. nécessaires à la création de ces deux vidéos s'élève à 650 gigaoctets. Effectivement, vous pouvez imaginer les défis posés par le stockage des données brutes des 66 livres de la Bible si 48 versets de Jonas occupent déjà 650 gigaoctets.

La bande passante d'Internet est un problème connexe. Pour ceux qui disposent d'un accès raisonnable à Internet, la diffusion de vidéos sur Internet est une solution, mais il y a des coûts de bande passante que quelqu'un devra couvrir. Une autre option consiste à permettre le téléchargement du contenu, mais chaque personne peut alors avoir besoin d'un espace disque dur important pour stocker les vidéos. Pour l'instant, on essaie encore de trouver une solution.

Stuart Thiessen participe à une vérification par la communauté des Écritures au Burundi en 2008, avec une caméra pour filmer les commentaires des gens.

Quel a été votre parcours pour devenir consultant en traduction en langue des signes ?

J'ai été exposé à la traduction de la Bible dès mon plus jeune âge, par l'intermédiaire de parents qui ont travaillé avec les traducteurs de la Bible Wycliffe USA à JAARS. J'étais malentendant et les linguistes du SIL que j'ai rencontrés m'ont dit qu'ils décourageaient rarement quelqu'un de travailler dans la traduction de la Bible, mais qu'ils pensaient que ce serait trop difficile pour moi. (Et, bien sûr, la traduction de la Bible en langue parlée aurait été une tâche difficile.) SIL lui-même n'a commencé à réfléchir aux langues des signes qu'au début des années 1990, et même à ce moment-là, l'idée était encore très récente.

À l'université, j'ai perdu le peu d'audition qu'il me restait et j'ai commencé à apprendre la langue des signes américaine (ASL). J'ai demandé à une bonne amie, qui plus tard est devenue ma femme, ce qu'elle savait à propos de la Bible pour les personnes sourdes. Elle m'a fait connaître Deaf Missions (qui traduisait la Bible en ASL). Bien sûr, à l'époque, tout était sur cassettes vidéo et je ne voyais pas comment les cassettes vidéo pouvaient être utilisées de la même manière que les livres.

J'ai décidé de m'impliquer dans le ministère des Sourds et j'ai commencé à travailler comme implanteur d'églises sourdes. Dans les deux congrégations où j'ai officié, j'ai vu les limites de l'utilisation de la Bible en anglais pour un ministère efficace, car si certaines personnes sourdes apprennent à bien lire une langue parlée, beaucoup d'autres n'ont pas cette possibilité. Je me suis rendu compte que j'étais devenu leur Bible, mais qu'ils ne pouvaient pas m'emporter chez eux pour la lire pendant la semaine. J'en ai conclu que je devrais peut-être envisager de m'engager dans la traduction de la Bible. En 2007, j'ai commencé à travailler comme consultant en formation. En 2014, j'ai été certifié en tant que consultant en traduction en langue des signes, puis en 2016, en tant que consultant en linguistique de la langue des signes.

Est-il difficile de vérifier les traductions dans d'autres langues des signes ?

J'ai vérifié des traductions au Kenya, au Burundi, au Paraguay, au Chili et aux États-Unis. J'ai également participé à la formation d'équipes de traduction dans un certain nombre d'autres pays. Cela a toujours été une expérience stimulante, car je ne connaîtrai jamais leur langue des signes aussi bien qu'eux, mais mon efficacité ne dépend pas de cela. Elle dépend de ma capacité à communiquer avec eux, à établir une relation de confiance et à les aider pour que leurs traductions soient couronnées de succès. Pour les traductions en ASL, je peux généralement faire plus de suggestions. Mais pour d'autres langues des signes, il s'agit plutôt de savoir comment poser de bonnes questions afin qu'ils puissent évaluer les choix de traduction qu'ils ont effectués.

Quelles sont les qualifications idéales d'un consultant en langue des signes ?

À la base, les qualifications d'un consultant en langue des signes et d'un consultant en langue parlée sont essentiellement les mêmes. La différence est, toutefois, qu'un consultant en langue des signes (qu'il soit entendant ou sourd) doit être conscient du contexte sourd, en particulier de la communauté de traduction pour laquelle il travaille. Idéalement, les consultants en langue des signes devraient parler couramment au moins une langue des signes et s'efforcer d'apprendre la langue des signes dans laquelle ils travaillent, afin de pouvoir vérifier directement la traduction et communiquer directement avec l'équipe de traducteurs sourds.

Stuart Thiessen et l'équipe de Deaf Harbor’s ASL Chronological Bible Translation montrent comment un consultant aide une équipe de traduction à résoudre un problème de traduction dans la vidéo de Translation Resources intitulée « Principles of Translation, Part I » (Principes de traduction, première partie).

Le fait d'être sourd est-il un avantage pour le consultant ?

Il est souvent plus facile pour une équipe de sourds de travailler directement avec un consultant sourd. Les consultants sourds ont tendance à acquérir plus facilement de nouvelles langues des signes et à partager des expériences similaires à celles des personnes sourdes. Cela permet de construire plus facilement des ponts entre un consultant sourd et une équipe sourde.

Mais les consultants en langue des signes entendants sont toujours appréciés. Pour réussir, ils doivent avoir de solides compétences interpersonnelles et être capables d'établir de bonnes relations avec les équipes de traducteurs sourds. Souvent, ils parlent déjà couramment au moins une langue des signes et s'efforcent d'apprendre la langue des signes de l'équipe. Ils sont culturellement conscients du pouvoir qu'ils ont en tant que personnes entendantes et du fait qu'ils ont accès à certaines choses auxquelles les personnes sourdes n'ont pas accès. Ils veillent à exploiter ce pouvoir de manière collaborative, de sorte que leur pouvoir ne soit pas préjudiciable à l'équipe. En fait, l'une des façons de savoir si un consultant en langue des signes entendant a ces compétences, c'est lorsque les personnes sourdes oublient que le consultant en langue des signes est entendant. Cela dit, même lorsqu'un consultant entendant ne sait pas signer, les personnes sourdes apprécient souvent ses connaissances et son expérience parce qu'elles lui permettent d'accéder à des informations que les personnes sourdes n'ont pas encore.

Vous avez utilisé le mot « pouvoir ». Cela semble très important pour ce processus.

La caractéristique la plus importante des consultants entendants en langue des signes est probablement qu'ils comprennent le pouvoir et l'accès qu'ils ont en tant qu'entendants et qu'ils l'utilisent de manière appropriée pour soutenir leurs collègues sourds afin qu'ils soient équipés et habilités à bien accomplir leur travail de traduction. Les consultants entendants (ou sourds) qui utilisent leur pouvoir et leur accès pour aider à la traduction de la Bible en langue des signes, mais manifestement pour leur propre édification, sont moins susceptibles d'avoir un ministère collaboratif fructueux avec les équipes. Les personnes sourdes reconnaîtront cette différence. L'efficacité vient lorsque nous nous rendons compte que nous sommes là en tant que serviteurs qui veulent que l'équipe réussisse et que l'équipe soit reconnue.

Les relations peuvent-elles aider les équipes à gérer ce déséquilibre de pouvoir potentiel ?

Souvent, le fait d'être le dernier à savoir a un inconvénient. Cela met les personnes sourdes à la merci de ceux qui connaissent ces informations. Parfois, cela crée un contexte dans lequel les gens peuvent utiliser ce « pouvoir » afin de « faire pour » les personnes sourdes. Il est souvent plus facile d'identifier qui « fait pour » et qui « fait avec » dans le cadre des relations et des contacts personnels. Il est agréable pour les personnes sourdes de rencontrer quelqu'un qui veut faire les choses avec ou en partenariat avec elles. Ce lien relationnel renforce la collaboration et la confiance.

Quels sont les enseignements que vous avez tirés de votre expérience personnelle et que vous pouvez mettre en pratique à l'avenir ?

Je me suis rendu compte que ce rôle m'obligeait à apprendre en permanence. Pour certains, un consultant est une personne qui a atteint un certain sommet et qui est en mesure de donner des conseils depuis ce haut lieu. Mais, en réalité, le conseil en traduction est plus une question de capacité à apprendre, à rassembler et à communiquer des informations sur les problèmes que nous rencontrons en traduction. Nous devons perfectionner notre capacité à construire ce réseau de connaissances qui peut nous aider à servir les équipes de traduction. Nous devons être prêts à remettre continuellement en question nos suppositions sur la manière dont les personnes sourdes communiquent des informations, en particulier lorsque nous travaillons avec une langue des signes qui nous est inconnue.

Aujourd'hui, je souhaite que davantage de consultants sourds soient équipés et envoyés, c'est pourquoi mon ministère s'oriente davantage dans cette direction. Si nous voulons voir davantage de consultants, nous devons investir dans la formation et le mentorat. Je pourrais me contenter de faire du conseil, mais lorsque je serai prêt à prendre ma retraite, qui prendra la relève ?

 

Reportage : Gwen Davies et Jim Killam

Les organisations de l'Alliance peuvent télécharger les images de ce reportage.

Informer, enseigner, inspirer : Atelier de formation à la mise en récit vidéo pour les communautés linguistiques en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Atelier de formation à la mise en récit vidéo pour les communautés linguistiques en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Lire la suite

Regard vers 2024

Alors que l'année se déroule, nous nous émerveillons de l'œuvre de Dieu dans notre monde en mutation rapide. Et nous attendons avec impatience un certain nombre de rassemblements et de conversations ayant pour objectif de nous rapprocher les uns des autres.

Lire la suite

Raconter l'histoire de la Bible

Cela peut surprendre qu'un musée fasse partie des organisations de l'Alliance Mondiale Wycliffe. Mais les responsables du musée Maná partagent la même passion pour inspirer les gens à explorer la Bible, son histoire et sa théologie.

Lire la suite