Un village rom transformé

 

par Jurek Marcol

En 2017, l’Association Missionnaire Biblique (ou Wycliffe Pologne) a commencé à travailler avec les Roms dans un village de l’est de la Slovaquie appelé Bezovce. Ici, comme dans une grande partie de l’Europe, les Roms vivent dans des taudis, souvent rejetés par leurs communautés plus importantes – même s’ils sont ici depuis des siècles. Une église slovaque locale a même affiché un panneau sur sa porte : Pas pour les Roms.

Trois ans plus tard, la vie dans ce village semble différente, car de nombreux Roms ont ouvert leur cœur à Jésus. Laissez-moi vous raconter l’histoire étonnante de la façon dont Dieu a fait en sorte que cela se produise.

 

Une découverte bouleversante

Au cours des 20 dernières années, Wycliffe Pologne s’est occupé du peuple Rom en Ukraine. Ces roms vivaient dans une grande pauvreté que je n’avais vue nulle part ailleurs. Nous avons donc aidé à y organiser l’éducation et les écoles pour les enfants roms.

Depuis notre site de Wycliffe, dans le sud de la Pologne, le chemin le plus court vers l’Ukraine passe par la Slovaquie – qui compte également une importante population rom. Pendant de nombreuses années, nous n’avons pas voulu travailler parmi les Roms en Slovaquie. D’une part, nous n’avions pas les ressources nécessaires. D’autre part, nous pensions que parce que la Slovaquie appartient à l’Union européenne, les conditions de vie des Roms seraient bien meilleures. Nous nous sommes trompés.

En 2017, un pasteur de l’église pentecôtiste de la ville où je vis m’a demandé si je connaissais une église qui avait besoin de bancs pour 300 personnes. Leur église enlevait les bancs et les remplaçait par des chaises. Je connaissais un pasteur de l’église rom de Sabinov, en Slovaquie, alors je lui ai posé la question.

Il m’a répondu que oui, ils construisaient des maisons de prière dans deux villages et qu’ils avaient besoin de bancs – 200 à un endroit et 100 à l’autre. Le premier était le village de Pavlovce. Nous nous y sommes ensuite rendus pour rencontrer le pasteur de cette congrégation. Il nous a emmenés dans le village voisin de Bezovce, où il voulait commencer un ministère.

village rom, Bezovce, Slovaquie

J’ai été choqué. J’avais vu la pauvreté dans les villages roms en Ukraine, mais ce que j’ai vu à Bezovce était pire encore. Une douzaine de familles roms vivaient là. Certaines avaient jusqu’à neuf enfants. Leurs maisons ressemblaient plutôt à des hangars, sans eau courante ni toilettes. Pour l’électricité, ils se connectaient illégalement, et dangereusement, à une ligne électrique qui traversait le village. La nuit, les pères et les mères se relayaient : L’un dormait pendant que l’autre s’assurait que les rats ne mordaient pas les enfants qui dormaient.

Bien que l’aide humanitaire ne soit pas l’un des principaux aspects du ministère des missionnaires bibliques, je savais que nous ne pouvions pas laisser ces gens. Nous devions les aider. Et c’est ainsi que tout a commencé.

 

Un impact rapide

Nous avons commencé par apporter des vêtements, de la nourriture, des vieilles machines à laver jetées, des jouets pour enfants et des vélos. Lorsque nous avons publié des photos montrant les conditions de vie des Roms, les réactions en Pologne ont été diverses. Certains pensaient que ces personnes ne devaient pas être aidées, car cela ne ferait que perpétuer la pauvreté. D’autres pensaient que nous devions faire tout ce qui était en notre pouvoir pour les aider à sortir de la boue tant physique que spirituelle.

Grâce aux fonds fournis par ce dernier groupe, nous avons pu construire des maisons pour six familles à Bezovce. Aujourd’hui, nous avons des fonds pour en construire d’autres.

Comme nous avons montré aux Roms de l’aide, de la gentillesse et du respect, ils se sont ouverts à l’évangile. Lors d’un rassemblement d’évangélisation en plein air, une douzaine de personnes ont répondu à l’appel et ont choisi de suivre Jésus. Aujourd’hui, la quasi-totalité du village rom fait régulièrement 12 km pour assister aux cultes hebdomadaires à Pavlovce. L’église apostolique qui s’y trouve est principalement composée de Roms. Un des hommes de Bezovce y emmène les gens dans sa voiture, en faisant deux ou trois allers-retours. D’autres prennent un bus local. Les gens se réunissent également à Bezovce pendant la semaine pour prier et lire la Bible ensemble.

 

Un village retrouve l’espoir

Une réunion d’évangélisation à Bezovce, en Slovaquie

Les Roms d’ici luttent encore … mais plusieurs vies ont subi de grandes transformations :

  • Alors qu’autrefois les gens volaient l’électricité, aujourd’hui tout le monde est légalement connecté au réseau et chaque maison a son propre compteur.
  • Là où autrefois l’argent qu’ils gagnaient ou les allocations familiales qu’ils recevaient de l’État étaient utilisés pour acheter de l’alcool, aujourd’hui ils achètent de la nourriture.
  • Alors qu’autrefois les hommes se battaient violemment, aujourd’hui les mêmes hommes se tiennent côte à côte dans la congrégation et louent Dieu.
  • Alors qu’autrefois les Roms ne lisaient pas la Parole de Dieu, ni même ne savaient qu’une telle chose existait, aujourd’hui ils recherchent dans les Ecritures pour apprendre à vivre afin que leur vie reflète la gloire à Dieu.

Au plus fort de la pandémie, j’ai demandé aux gens comment ils passaient leur temps. Une personne m’a répondu : « Nous ne pouvons pas quitter le village. Nous sommes assis à la maison et nous lisons la Bible ».

Bien que de nombreux Roms parlent couramment le slovaque, ils ont maintenant le Nouveau Testament dans leur langue maternelle, le romani, Bergitka. La traduction a été achevée en 2014 par une équipe d’hommes roms en coopération avec The Word for the World ; La Parole pour le Monde. En 2019, ils ont publié le Nouveau Testament dans une version bilingue rom-slovaque. Aujourd’hui, l’équipe traduit l’Ancien Testament.
L’œuvre de Dieu

Personne n’avait jamais prêché l’Evangile aux Roms de Bezovce. Le but de notre ministère, dès le début, était de les initier à Jésus-Christ et de les encourager à utiliser la Bible. Et c’est ce qui s’est passé. En voyant leur pauvreté, nous ne les avons pas laissés dans le besoin, et Dieu a fait dans leur cœur beaucoup plus que ce que nous aurions pu penser.

Notre engagement dans ce ministère a également signifié que certaines églises en Pologne, qui jusqu’à présent n’étaient pas intéressées à soutenir le travail missionnaire, ont commencé à soutenir notre service parmi les Roms.

Que Dieu continue à transformer des vies et à porter des fruits pour sa gloire.

 

Jerzy (Jurek) Marcol est directeur de l’Association missionnaire biblique, une organisation de l’Alliance Mondiale Wycliffe en Pologne.

 

Les organisations de l’Alliance peuvent télécharge les images de cette histoire.

L’histoire de Kennya

 » Tu dois parler à mon père «  En tant que jeune femme brésili...

Read more

La pandémie incite à l’innovation en matière de conseil

Alors que la traduction de la Bible a toujours été un processus en f...

Read more

L’Alliance accueille un nouveau directeur exécutif

Le mercredi 3 juin 2020, Dr. Stephen Coertze a assumé le rôle de dir...

Read more