Les défis de la traduction en langue des signes

Une vidéo montre le processus de traduction d’une parabole en langue des signes néerlandaise. Photo : Heather Pubols

La traduction en langue des signes néerlandaise présente plusieurs difficultés complexes. Tout d’abord, l’équipe doit réfléchir à la manière de planter le décor, de créer un espace visuel où se déroulera l’histoire.

Alfred montre comment traduire en langue des signes Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende. Le signe qu’ils choisissent d’utiliser se traduit en gros par « Voyez avec votre cœur ». Photo : Heather Pubols

« Si, par exemple, nous parlons de Jean-Baptiste, nous devons indiquer en langue des signes où il se trouve (il est au bord du Jourdain) et ce qu’il est en train de faire. Nous devons représenter la situation dans l’espace du signeur. Quand Jean Baptiste s’adresse à quelqu’un, nos corps se déplacent entre ces deux individus pour montrer qu’ils se parlent », explique Alfred Bout, un traducteur sourd.

Ainsi, le spectateur sourd comprend où sont les personnages et leurs interactions dans l’espace, même si cela oblige souvent l’équipe de traduction à changer l’ordre des phrases de la Bible pour rendre le récit compréhensible.

Ensuite, l’équipe doit traduire les émotions. Les mimiques sont très importantes en langue des signes. À l’écrit, une phrase ne contient souvent aucune indication sur l’intonation exacte. L’équipe fait donc constamment face au défi de choisir la bonne expression sans ajouter au texte, ni l’affaiblir.

Alfred Bout donne un exemple : « Pensez à la scène où Dieu regarde Jésus qui se fait baptiser. Quelle expression faciale utiliseriez-vous ? Dieu est-il amical ? Ressemble-t-il plus à un homme puissant qui regarde son fils ? Se pose aussi la question de savoir s’il nous est permis de nous mettre ainsi à la place de Dieu. »

C’est un aspect avec lequel l’équipe se débat constamment. En définitive, la traduction doit parler au cœur de ceux auxquels elle est destinée.

L’une des équipes de traduction revoit un passage biblique et recherche des informations complémentaires dans des commentaires. Photo : Heather Pubols

 

Enfin, l’une des difficultés rencontrées par l’équipe est de créer de nouveaux signes pour des mots figurant dans la Bible. Ceux-ci deviendront des signes de la langue des signes néerlandaise officielle et les traducteurs s’efforcent d’élaborer un « commentaire » visuel pour les expliquer.

Pour les noms de lieux, ils recherchent des signes existants dans les pays concernés, étudient le sens du nom dans des commentaires et regardent des images ou films de la Terre Sainte pour en retenir des éléments visuels. Pour créer des signes pour des mots comme « parabole », ils utilisent des commentaires, des dictionnaires grec/hébreux et des encyclopédies bibliques. À partir de ces recherches, ils pèsent le pour et le contre des différentes explications.

Willem Terpstra, un traducteur entendant dont les parents sont sourds, dit que l’exactitude des détails est d’une importance capitale pour les Sourds.

« L’essence de l’histoire est qu’ils l’entendent dans leur cœur, qu’ils soient touchés dans leur cœur » confie-t-il.

 

par Claire M. Smith, Geert Hoekstra

Pour en savoir plus revenir à l’article Voir Jésus à travers les yeux de la foi.

Télécharger ici des photos de cet article

 

06/2022 Europe

Les organisations de l’Alliance continuent de se concentrer sur l’Ukraine

La guerre en Ukraine, qui en est à son cinquième mois, continue de b...

Read more

05/2022 Americas

Dresser la table

Une façon pour Alliance Mondiale Wycliffe d’encourager la colla...

Read more

04/2022 Global

La traduction de la Bible et l’Église

L’Église mondiale n’est pas seulement un agent de traduct...

Read more