Coups de feu dans la vallée

Des histoires pour encourager et renforcer  Journée mondiale de prière de Wycliffe 2021

En 2002, deux employés non kényans ont rejoint la traduction et l’alphabétisation bibliques (BTL – Bible Translation and Literacy en anglais). Dans le cadre de leur orientation, ils devaient visiter l’un des projets de BTL sur le terrain. Leur arrivée a coïncidé avec un atelier d’utilisation des Écritures pour les pasteurs qui allait avoir lieu à Tot, dans le comté de Marakwet. La langue markweta n’avait été mise en forme écrite que récemment. Les pasteurs étaient formés pour lire markweta couramment afin qu’ils puissent encourager l’utilisation des Écritures dans leur langue. M. Cyrus Murage, responsable des programmes linguistiques de BTL, a accompagné les deux nouveaux collaborateurs lors de ce voyage. 

Route de Marakwet. Photo: BTL

Ils ont quitté Nairobi très tôt le matin pour Tot, un voyage d’au moins neuf heures et parfois plus long à cause du chemin de terre accidenté et du terrain difficile. Ils ont fait une escale à Eldoret pour le déjeuner. Le frère cadet du responsable du projet de traduction marakwet les a rencontrés là-bas et s’est rendu avec eux à Tot. À 16h00, ils montaient une pente raide. Une heure plus tard, ils étaient près de leur destination. À ce stade, ils ont remarqué des jeunes hommes avec des arcs et des flèches. L’un d’eux avait une arme à feu. Cyrus demanda au jeune homme voyageant avec eux s’il y avait un danger à venir.  

« C’est un mode de vie normal ici. Ils doivent protéger leurs animaux », a répondu le jeune homme. 

L’équipe a poursuivi son voyage et est finalement arrivée au centre de formation de Tot peu avant la tombée de la nuit. Ils ont trouvé les pasteurs discutant en groupe. 

« Quand nous sommes arrivés, Kipsang, responsable du projet de traduction marakwet, était heureux de nous voir même si nous étions arrivés en retard », a déclaré Cyrus.  

Les pasteurs ont informé les trois hommes d’une attaque imminente par une communauté voisine.  

« Nous nous attendions à ce que vous arriviez plus tôt », ont déclaré les pasteurs. « Il n’y a personne dans cette vallée à part nous. La communauté voisine a annoncé aux Marakwet qu’ils attaqueraient le village ce soir, de sorte que la plupart des Marakwet ont quitté la vallée. Nous espérions que vous arriveriez tôt pour que vous puissiez retourner à Eldoret ou gravir la montagne avec nous. Les membres du personnel de ce centre sont partis et nous ne voulions pas partir sans avoir établi votre sécurité. » 

Les pasteurs ont suggéré à Cyrus de retourner à Eldoret ou de gravir la montagne pour plus de sécurité. Aucune des deux options ne semblait sûre.  

« Nous ne pouvions pas retourner à Eldoret car la route était extrêmement mauvaise et nous ne pouvions pas imaginer un deuxième voyage périlleux dans la nuit », a déclaré Cyrus. « Les jeunes hommes avec des arcs et des flèches étaient peut-être encore sur la route. Nous ne pouvions pas non plus gravir la montagne car il faisait déjà nuit et il y avait le danger des animaux sauvages. » 

Cyrus s’est souvenu qu’il y avait une force de sécurité policière stationnée à proximité. Au lieu de ça, il a proposé au responsable de projet de se rendre au camp de police en voiture et de demander une protection.  

Quand ils sont arrivés, le personnel de sécurité a dit : « Que faites-vous ici ? Il y a des problèmes. Nous ne pouvons pas vous protéger. Nous ne sommes plus que deux ici. Tous les autres sont partis. »  

L’officier leur a dit, « Ces gens commencent généralement par nous afin qu’ils puissent nous empêcher d’aider la communauté. Retournez au centre de formation et ne montrez aucun signe de vie. »  

Ils ont quitté le camp des forces de sécurité et sont retournés au centre de formation.  

« Nous ne pouvions pas appeler Nairobi ; nous n’avions pas de téléphones portables à l’époque. Nous ne pouvions informer personne du danger qui nous attendait », a déclaré Cyrus. « Nous sommes retournés au centre et avons accepté de suivre les instructions de l’officier et, plus important encore, de prier. »  

Quand ils sont arrivés au centre, on leur a montré où ils passeraient la nuit. Avant qu’ils ne puissent dormir, Kipsang sortit chercher quelque chose à manger pour eux. Peu de temps après, Kipsang revint avec un bol de fruits. Avant qu’il ne puisse remettre le bol à Cyrus, le bruit assourdissant d’un coup de feu remplissait l’air,  » PAAAAAAAAAAN « .  

« Le bol s’est envolé de mes mains, a déclaré Cyrus. — Ferme la porte ! Mettez-vous sous le lit, vite !! Kipsang cria alors qu’il disparaissait dans les ténèbres. » 

« Nous avons commencé à prier », a déclaré l’un des hommes. « Je me souviens avoir préparé mon cœur, de m’être repenti de tous mes péchés. Je ne savais pas à quel genre de mort j’allais faire face ».  

Pendant qu’ils priaient, la fatigue du long voyage les a submergés et ils se sont tous endormis. Ils se sont réveillés lorsque quelqu’un criait : « Réveillez-vous ! Réveillez-vous ! » Ils se sont cachés à nouveau sous les lits en pensant que les assaillants étaient venus.  

« Réveillez-vous ! Réveillez-vous ! Il y a de bonnes nouvelles ! » C’était Kipsang. « Un médiateur est venu de l’autre communauté pour informer les gens de Marakwet que les assaillants n’allaient pas venir après tout », a-t-il déclaré. « Apparemment, les assaillants avaient abattu une vache et les hommes âgées avaient  » lu  » les intestins de la vache et c’étaient rendu compte qu’ils ne pouvaient pas gagner la guerre. Ils ne sont donc pas venus cette nuit-là. Dieu soit loué ! »

Kipsang informa également Cyrus et les deux hommes que le coup de feu qu’ils avaient entendu la nuit précédente avait été tiré par le peuple Marakwet informant l’autre communauté qu’ils étaient prêts à se battre.  

« Je crois que Dieu les a empêchés de venir », dit Cyrus. « Dieu nous a vus au centre de formation et ne voulait pas nous faire de mal. Il a épargné la vie du peuple Marakwet et celle de son peuple au centre. »

Après cette frayeur, les visiteurs s’attendaient à ce que la réunion de formation soit annulée. Cependant, les pasteurs déterminés de Marakwet ont choisi de rester et de poursuivre le séminaire pendant cinq jours de plus. En effet, Dieu protège son peuple lorsqu’il sert dans son ministère.

 

Cliquez pour revenir à : 

06/2022 Europe

Les organisations de l’Alliance continuent de se concentrer sur l’Ukraine

La guerre en Ukraine, qui en est à son cinquième mois, continue de b...

Read more

05/2022 Americas

Dresser la table

Une façon pour Alliance Mondiale Wycliffe d’encourager la colla...

Read more

04/2022 Global

La traduction de la Bible et l’Église

L’Église mondiale n’est pas seulement un agent de traduct...

Read more