Quand le besoin et la passion se rencontrent

– L’expérience immersive en anglais et au-delà

« Comment Wycliffe Australie pourrait-il, en tant qu’organisation missionnaire occidentale, aider Kartidaya ? »

Barry Borneman, qui était alors le PDG de Wycliffe Australie, a posé cette question à son colocataire, Marnix Riupassa, alors directeur exécutif de Kartidaya, lors d’une conférence de Wycliffe en 2012 à Bangkok. Ni l’un ni l’autre ne s’attendaient à ce que la réponse se transforme en un programme annuel d’apprentissage de l’anglais que même la COVID-19 ne pouvait arrêter.

Issu d’une passion sincère

En tant que dirigeant de Kartidaya, une organisation indonésienne membre de l’Alliance, Marnix a répondu à Barry que son équipe nécessitait une meilleure maîtrise de l’anglais afin de faire correctement son travail : pour écrire des courriels et des rapports, organiser les voyages des consultants ne parlant pas indonésien et accéder aux commentaires en anglais.

Pour Kartidaya, ce programme était une réponse. Pour Wycliffe Australie, c’était une passion sincère. Selon Marg Borneman, la femme de Barry, responsable du programme, l’une des passions de Wycliffe Australie est de renforcer les organisations nationales de traduction de la Bible. Le programme est bien plus que cela pour elle, qui a déjà enseigné l’anglais.

L’ « English Immersion Experience » (EIE) [Expérience immersive en anglais] permet aux participants d’améliorer leur anglais en y étant immergés, en vivant dans un milieu anglophone et en apprenant auprès de locuteurs natifs.

Marg Borneman (devant à gauche) et la classe EIE 2016 de Vanuatu et d’Indonésie à Kangaroo Ground. (Rangée du fond, de gauche à droite : Pasteur Joshua du TLP [Translation Literacy Programme], Marcel du YMP3, et Kalite du TLP. Au premier rang, de gauche à droite : Marg, Pasteur Ola de GPM, Isma de Kartidaya, et Raewyn de SIL Australie).
Photo : Rod Jones

« C’était une excellente occasion pour les participants d’être immergés dans un environnement anglophone, de développer leur confiance en eux en partageant leur vie et leurs histoires de famille, de travail et de foi, avec le personnel de Wycliffe et les familles d’accueil et en participant à des cours d’anglais à l’église », a déclaré Marg.

Le programme a débuté en 2012. Cette expérience s’est enrichie chaque année de différentes manières, comme la participation à un cours de formation TESOL, la journée portes ouvertes de Wycliffe, les cours de Wycliffe sur le ministère interculturel et les ateliers de planification de programme.

Un désir commun des participants

Au fil des ans, 22 travailleurs chrétiens nationaux ont bénéficié de ce programme organisé par Wycliffe Australie dans son centre national de Kangaroo Ground, dans la banlieue de Melbourne. Outre l’Indonésie, les participants venaient des îles Salomon, du Vanuatu et du Timor oriental.

Les participants à l’EIE 2017 de Vanuatu et d’Indonésie dans la salle de classe de Kangaroo Ground. (De gauche à droite : Elsy de YPMK Kaleb Yosua, le père Norman de TLP, le pasteur Mon de GPM, et Ocha de GPM).
Photo : Marg Borneman

Bien que ces participants aient des rôles différents selon les pays, traducteurs de la Bible, pasteurs, agents d’engagement des Écritures, personnel administratif, ils partagent le désir de voir les Écritures traduites dans la langue du cœur de leurs nations. Le programme a également été l’occasion de découvrir les cultures des uns et des autres et donc de mieux se comprendre.

Des bénéfices mutuels

En tant que membre du personnel de Kartidaya, Netty Manalu a participé à l’EIE en 2019. Durant son séjour à Kangaroo Ground, elle est restée dans la même unité que ses mentors, Marg et Barry.

« Ils ne connaissaient pas ma langue, alors cela m’a poussée à parler anglais », a déclaré Netty. Bien que cela n’ait pas été facile, elle a rapidement appris « non seulement l’anglais, mais aussi leur culture et le climat [australien] ».

Karyadi Antonius, un autre participant à l’EIE de Kartidaya, a lui aussi trouvé ces expériences bénéfiques. Karyadi a rejoint le programme en 2015. Il est aujourd’hui directeur exécutif de Kartidaya.

« C’était une bonne occasion d’améliorer mes compétences en anglais. Désormais, je suis plus confiant et plus proche de la culture en parlant anglais », a-t-il déclaré. Avec l’EIE, j’ai pu apprendre l’anglais à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe ».

Mary Keef a travaillé comme réceptionniste pour Wycliffe Australie et a rejoint le programme en tant que mentor.

« Apprendre à connaître les participants a été très enrichissant et très encourageant », a-t-elle déclaré. « C’était merveilleux de voir leur volonté d’essayer et leur désir d’apprendre… Ils sont tellement dévoués au Seigneur et engagés dans la traduction de la Bible… se donnant sans compter. »

Lorsque la COVID-19 devient la référence mondiale

Depuis 2012, Marg a tenu à soutenir les participants dans leur apprentissage de l’anglais après leur retour. Cela avait été difficile à cause d’autres responsabilités, mais la chance s’est finalement présentée en 2020.

Christine Franklin, un mentor de l’EOE participant à une session de l’EOE sur Zoom pendant la pandémie. Son drapeau australien représentait son pays.
Photo : Kirk Franklin

Après l’apparition de la COVID-19 sur la scène mondiale et l’intégration de Zoom dans le travail et la vie quotidienne, Marg et son équipe avaient décidé de lancer la première version virtuelle de l’EIE cet été, English Online Experience (EOE) [Expérience en ligne en anglais]. Ce programme de six semaines avait réuni 11 participants, dont un traducteur du Timor oriental et 10 travaillant avec Kartidaya. Cinq des mentors travaillent avec Wycliffe Australie, un avec SIL Australie et le septième est un partisan de Wycliffe Australie. Le groupe se réunissait une fois par semaine depuis le mois d’août. Chaque session de 90 minutes comprenait trois groupes, la classe entière, de petits groupes de discussion et parfois les participants rencontraient individuellement leurs mentors. En ce qui concerne les devoirs, des échanges étaient organisés entre eux par courrier électronique et par WhatsApp.
Plusieurs participants ont déclaré que l’EOE n’était pas seulement un apprentissage des langues, mais aussi une « communauté anglophone en ligne », car un élément clé du programme était de favoriser la croissance spirituelle ensemble. Il y avait des sessions de réflexion et de discussion sur la Parole de Dieu et la prière.

Pour certains, l’EOE était particulièrement bénéfique car cela se passait en ligne (à distance).

« En raison de mon secteur d’activité, la finance, il m’est impossible de me libérer de mon travail pour une longue période afin de suivre un cours d’anglais », a déclaré Anita Chandra de Kartidaya. Pourtant, grâce à Zoom et WhatsApp, elle a pu s’entraîner avec son mentor sans quitter le pays et son travail.

Helene Savage, assistante en ressources humaines pour Wycliffe Australie, avait suivi un cours TESOL en ligne. L’EOE lui a donné une excellente occasion d’observer le déroulement d’un cours et de s’exercer à enseigner elle-même. Elle a également apprécié de rencontrer ses collègues indonésiens.

« Le point fort était cette douce convivialité », a déclaré Hélène. « Nous avions l’impression d’être une grande famille et à la fin des six sessions, même les plus timides à l’idée de parler anglais semblaient beaucoup plus confiants et à l’aise. »

En raison des restrictions de voyage international liées à la pandémie, l’EIE en personne pourrait ne pas avoir lieu de sitôt. Pourtant, le désir de ces travailleurs nationaux de parler un meilleur anglais et la passion de Wycliffe Australie pour les aider ont fortement motivé la poursuite du programme.

« Nous prévoyons d’offrir plusieurs options pour un soutien continu en anglais à ce groupe, ainsi que d’organiser le deuxième EOE au début de l’année prochaine avec un autre groupe de participants », a déclaré Marg. « Nous sommes impatients de construire nos relations sur le plan personnel et organisationnel et de voir quels fruits, outre l’amélioration de l’anglais, Dieu nous réserve pour l’avenir ».

Récit : Ling Lam

Lire la Parole de Dieu ensemble

Ayu Suwandi, le directrice de PPA. La Parole de Dieu – la source...

Read more

Repenser le conseil : La pandémie accélère la vérification virtuelle

Par Grace Chou / Vue sur Honiara depuis le Parlement. Photo : Elyse Pa...

Read more

Repenser le conseil : Les experts s’attaquent à un goulot d’étranglement de longue date

Paul Kimbi // En 2006, Paul Kimbi a rencontré un collègue camerounai...

Read more