Dans et à travers une petite communauté

Après près de 50 ans de travail de traduction, les Barligs dans la province des montagnes aux Philippines, disposent désormais de l’intégralité de la Bible dans leur langue de cœur – le finallig. Bien que cela ait pu ressembler à une longue ascension, cette communauté linguistique d’environ 6 000 locuteurs a persévéré pour traduire la Bible par elle-même. Et ce qu’ils ont fait n’a pas seulement béni leur propre communauté, mais constitue également un exemple pour un groupe linguistique voisin qui attend la Parole de Dieu.

Traduire la Bible en barlig

Une danse traditionnelle a été exécutée lors de la célébration de la Bible en barlig. (Photo: Ablaze Media)

En raison de la pandémie du Covid-19, la dernière étape pour terminer la Bible en finallig a été pleine de défis. Les confinements dans toutes les Philippines ont rendu difficiles pour l’équipe, voire impossibles, l’approvisionnement en papier d’impression puis la livraison des cartons de bibles imprimées dans la région de Barlig.

Bien que retardée, la célébration de la Bible a finalement eu lieu le 28 mai 2022.

L’achèvement de la Bible en finallig a nécessité tout un village – l’effort et l’engagement incommensurables des traducteurs de la Bible des États-Unis, du Japon et de Barlig, en plus des énormes prières, du soutien financier et autre du monde entier. Lorsque les amis et les sympathisants à l’étranger ont entendu parler du projet de célébration, beaucoup ont décidé de se rendre sur place et de partager la joie des Barligs en ce jour spécial.

Pour les Barligs, deux visages familiers se sont distingués parmi les invités venus d’autres régions des Philippines et de l’étranger. Dave et Joan Ohlson (des USA) ont été les pionniers du projet de traduction en barlig. Dave et Joan se sont installés ici en 1975 pour commencer la traduction après que Dave a fait une enquête linguistique dans la région de Barlig.

Dave Ohlson (deuxième à gauche), Fukuda San (tout à droite) et deux anciens du village de Barlig ont pris une photo ensemble après la célébration. (Photo : Facebook de Fukuda San)

En 1982, Dave est devenu directeur de SIL Philippines. Bien que réticents, ils ont dû quitter Barlig et les gens qu’ils avaient appris à aimer. Lorsqu’ils ont été prêts à partir, un autre jeune couple, Takashi et Aiko Fukuda (du Japon), a été affecté à Barlig pour poursuivre le travail. À l’époque, les Fukuda se trouvaient à Kadaclan, une région linguistique voisine. Ils se sont installés à Barlig en 1984. Un autre traducteur de Wycliffe Japon, Kiyoko Torakawa, les a rejoints la même année. En 1999, Rundall et Judi Maree, un couple de Canadiens, ont été désignés comme gestionnaires du projet.

La phase FSS

Selon Takashi (connu sous le nom de Fukuda San), la plupart des travaux à Barlig ont été initiés par des travailleurs expatriés avant 2000. Puis, en 2003, la société biblique Fialikia* Scripture Society (FSS), une organisation locale, a été créée pour reprendre le projet de traduction en barlig. Elle est née d’un commun accord et d’une décision importante prise en 2000 : les traducteurs de barlig poursuivront la traduction de l’intégralité de la Bible jusqu’à son achèvement. Ainsi, trois traducteurs locaux ont été engagés et formés pour continuer la traduction aux côtés de Kiyoko et des autres travailleurs expatriés. Lorsque le Nouveau Testament en finallig a été achevé en 2004, la FSS a immédiatement commencé à travailler sur l’Ancien Testament.

* Fialikia est la racine du mot finallig

« Pendant la phase pré-FSS, les Ohlson, les Fukuda et Kiyoko Torakawa ont produit plusieurs livres du Nouveau et de l’Ancien Testament ainsi que de nombreux matériels d’alphabétisation, se souvient Fukuda San. Ce sont des traducteurs d’autres langues qui ont posé une bonne base pour le futur travail des traducteurs de langue maternelle (TLM). »

Fukuda San a été heureux de voir comment les Barligs se sont appropriés leur propre projet. Il pense également que les plus de 2 000 projets de traduction restants dans le monde seront en grande partie réalisés par des TLM.

« FSS est un bon exemple de travail de TLM, a déclaré Fukuda San. Ils ont un conseil d’administration qui fonctionne, des traducteurs de langue maternelle et le soutien de la communauté. Les membres du conseil d’administration sont des gens ordinaires comme des enseignants dans des écoles locales, des employés de bureaux municipaux et des agriculteurs. Les traducteurs sont aussi des gens ordinaires, mais ils portent cette lourde responsabilité depuis plus de 20 ans et aujourd’hui, la Bible entière en langue barlig est terminée. »

Les trois traductrices de barlig (de gauche à droite) : Meriam Challiis, Doralyn Challoy et Veronica Pinos-an, et les bibles en finallig. (Photo: Ablaze Media)

Alors que certaines personnes peuvent penser que mettre 50 ans à terminer une traduction est trop lent, Fukuda San voit les choses différemment.

« Il semble que le travail de Dieu soit parfois lent… Nous devons simplement demander au Seigneur [la miséricorde] afin de pouvoir nous rapprocher de lui et nous aligner sur lui. C’est son œuvre, pas la nôtre. Nous sommes appelés à le rejoindre dans son ministère. »

Traduire la Bible par le barlig

Les Barligs ont achevé la mission de la traduction de l’intégralité de la Bible dans leur langue. Mais leur travail n’est pas terminé.

Vivant également dans la région de Bontoc, les Kadaclans parlent une langue étroitement liée au finallig. Pourtant, ils ne comprennent pas complètement le finallig et souhaitent accéder à la Parole de Dieu dans leur propre dialecte. Les responsables de l’église kadaclan ont demandé de l’aide à la FSS et ont élaboré un plan selon lequel le Nouveau Testament en kadaclan sera adapté à partir de la traduction en finallig. Le projet en kadaclan a été lancé en 2019 avec trois traducteurs locaux qui utilisent le Nouveau Testament en finallig comme langue source. Les membres de l’équipe sont enthousiastes car ils en sont actuellement au stade de la vérification par des consultants et attendent avec impatience une cérémonie de célébration en 2024.

La prière d’un traducteur

À l’instar du premier traducteur Dave, Fukuda San a également dû quitter Barlig après y avoir travaillé quelques années. Il est retourné au Japon pour devenir le directeur de Wycliffe Japon en 1987 et a poursuivi le travail de traduction à distance jusqu’en 1994. Toutefois, il porte Barlig dans son cœur. Fukuda San continue à y retourner car il dirige des missions à court terme depuis le Japon et continue à encourager les prières et autre soutien au projet.

Il prie pour que la FSS continue à se développer en interagissant de manière significative avec d’autres églises et organisations, et qu’elle aide les Barligs et les Kadaclans à s’engager avec les Écritures en collaboration avec les dénominations, églises et organisations missionnaires locales.

 

Reportage : Ling Lam, Alliance Mondiale Wycliffe

08/2022 Africa

Au Mozambique, la traduction apporte l’unité

Avant même qu’un seul verset ait été traduit, un projet de tr...

Lire la suite

07/2022 Philippines

Voyage au cœur de la traduction de la Bible

Voyage au cœur de la traduction de la Bible de l’Alliance mond...

Lire la suite

06/2022 Europe

Les organisations de l’Alliance continuent de se concentrer sur l’Ukraine

La guerre en Ukraine, qui en est à son cinquième mois, continue de b...

Lire la suite