Au Mozambique, la traduction apporte l’unité

Avant même qu’un seul verset ait été traduit, un projet de traduction de la Bible pour un minuscule groupe linguistique au Mozambique a un impact sur toute une région de cette nation africaine.

Avec seulement 14 000 locuteurs, le phimbe est l’une des nombreuses langues parlées dans le district de Maravia, au nord-ouest du Mozambique, bordé par le fleuve Zambèze au sud et la Zambie au nord. Le chinyanja, ou chichewa, qui est parlé plus largement à travers plusieurs régions et frontières nationales, en est une autre.

Comme d’autres groupes linguistiques des zones frontalières, les Phimbes ont migré vers la Zambie ou le Malawi pendant la guerre civile du Mozambique (1977-1992). C’est au cours de ces années que les Phimbes ont découvert la Bible en langue chichewa.

« Lorsque la guerre a pris fin, ils sont revenus dans leur pays avec l’Évangile, mais dans une langue étrangère et non dans la langue de leur cœur », explique Bonifacio (Boni) Paulo, responsable des services de traduction pour Wycliffe Afrique du Sud.

Identifier les partenaires

Trois décennies plus tard, la traduction de la Bible est enfin sur le point de commencer chez les Phimbes.

Bonifacio Paulo

En mai 2022, Boni et son épouse, Busie, se sont réunis avec des pasteurs et des responsables d’église locaux dans le village de Maravia pour discuter du lancement d’un projet de traduction avec les Phimbes. Il s’agissait de la deuxième réunion de ce type, qui fait partie de ce que les traducteurs appellent la phase de recherche et de préparation, qui peut prendre deux ou trois ans, pour définir le besoin et identifier le « partenaire d’impact ».

Les églises confessionnelles de la région ont généralement travaillé de manière indépendante et autonome, donc Boni ne savait pas à quel genre de réponse s’attendre. À sa grande joie, 11 personnes de 10 confessions différentes y ont assisté. Seules deux d’entre elles étaient des Phimbes ; les autres étaient issues d’autres communautés linguistiques.

« Il est ainsi très difficile pour ces dirigeants et pasteurs venus de l’extérieur d’atteindre la communauté phimbe sans les Écritures dans la langue de leur cœur, explique Boni. C’est ainsi que ces pasteurs venus de l’extérieur ont ressenti le besoin de traduire la Bible en phimbe. »

Lors de la réunion de mai, les locuteurs phimbes ont fait remarquer qu’ils n’ont jamais pensé que leur langue était suffisamment importante pour une version des Écritures.

« Ils pensaient que la Bible devait être dans les langues de grande communication, explique Boni. Ils ont même demandé comment la Bible pouvait être traduite dans une langue non écrite. »

La traduction orale de la Bible (OBT pour ses sigles en anglais) est une approche de plus en plus courante pour les langues restées sans Bible. Comme plus de 90 % des Phimbes ne savent ni lire ni écrire, les partenaires ont déjà décidé que les trois premières années de ce projet seraient consacrées à la OBT. Après cela, ils détermineront s’il convient de poursuivre une traduction écrite ou de continuer avec la OBT.

« Ce qui nous a encouragés, c’est que les dirigeants d’église et les pasteurs ont considéré qu’il s’agissait d’un besoin, explique Boni. De plus, nous avons senti qu’ils se sont approprié le projet dès cette étape de conversation et de planification. »

Même s’ils ont participé à l’organisation des premières réunions, l’approche de Wycliffe Afrique du Sud en matière de projets de nouvelles langues consiste à servir les églises locales, et non à donner des ordres, explique Boni.

« Nous sommes l’invité et ils sont l’hôte. » 

Une unité sans précédent

Après la réunion, un pasteur est venu voir Boni. « Je n’ai jamais vu cela se produire », a-t-il déclaré, en faisant référence au rassemblement d’un si grand nombre de pasteurs et de responsables d’église issus de tant de dénominations.

« L’ensemble du groupe avait le sentiment qu’il ne s’était jamais réuni pour aborder un objectif commun comme lors de cette réunion, explique Boni. Voici ce qu’ils ont dit : « Ce projet vient non seulement pour traduire la Bible en phimbe, mais aussi pour nous unir ». »

Le lendemain, le même pasteur a téléphoné à Boni pour lui dire que le groupe était en route vers une montagne voisine pour prier ensemble – pour le projet, pour leurs églises et pour leur vie.

Cela ne s’était pas non plus produit auparavant.

« Je pense que lorsque les principes du Cadre commun sont pris au sérieux, c’est ce qui se passe », déclare Boni, faisant référence à l’ensemble des principes partagés par un certain nombre d’organisations de traduction de la Bible. Il a notamment mentionné les principes de partenariat et d’impact accéléré.

« Dans le cadre du partenariat, nous essayons d’abord de chercher l’église et de nous engager avec elle avant de penser à toute autre expression ecclésiale, dit-il. Par église, je n’entends pas une dénomination particulière, mais le corps du Christ. Lorsque nous nous engageons avec l’église, nous n’attendons pas le produit final – la Bible traduite – pour commencer à mesurer l’impact. Au lieu de cela, nous élaborons des stratégies de manière à ce que, même lors des réunions de partenariat ou des enquêtes linguistiques, nous puissions constater un quelconque impact sur la vie des individus ou des communautés.

Les partenaires des églises locales se réuniront à nouveau à la fin de l’année pour décider du calendrier du projet, qui pourrait démarrer au printemps 2023. »

•••

Histoire : Jim Killam, Alliance Mondiale Wycliffe

Les organisations de l’Alliance peuvent télécharger et utiliser les images de cet article.

Dans et à travers une petite communauté

L'achèvement de la Bible en barlig est devenu une bénédiction pour une autre communauté linguistique qui a besoin de la Parole de Dieu aux Philippines.

Lire la suite

Voyage au cœur de la traduction de la Bible

Comment la Bible est-elle traduite dans une autre langue ? En partenariat avec Wycliffe Philippines, l'équipe de traduction de Bantayan et la communauté de Bantayan proposent une visite guidée de la façon dont la traduction de la Bible est effectuée. Ce voyage rapide montrera certaines des parties des Écritures traduites en bantayanon et répondra à certaines des questions qui sont fréquemment posées à propos de ce ministère.

Lire la suite

Les organisations de l’Alliance continuent de se concentrer sur l’Ukraine

La guerre en Ukraine, qui en est à son cinquième...

Lire la suite