Au Cameroun, les traducteurs changent d’orientation pendant la pandémie

Pendant la pandémie de COVID-19, les traducteurs de la Bible au Cameroun créent et distribuent des informations de santé publique sur la maladie qu’une communauté linguistique appelle « pneumonie avec épines. »

Dieudonne Nsalar (à gauche) de CABTAL avec une traductrice Mohamo.

CABTAL, l’Association Camerounaise pour la Traduction de la Bible et l’Alphabétisation, a recueilli des informations sur l’hygiène et la distanciation sociale auprès de l’Organisation mondiale de la santé, ainsi que d’autres documents pertinents du gouvernement camerounais. Le matériel source a été rédigé en anglais et en français. Aujourd’hui, les traducteurs de la CABTAL produisent des brochures et des enregistrements audios dans une quarantaine de communautés linguistiques locales qu’ils desservent déjà.

« Il y a maintenant des informations disponibles sur les médias sociaux de la radio et le site web de la CABTAL, mais certaines personnes de ces communautés n’y ont pas accès », a déclaré Keyeh Emmanuel, directeur général de CABTAL. « La version imprimée leur sera donc utile, surtout dans leur langue ».

Cette brochure s’intitule « Ce que vous devez savoir sur le coronavirus ». CABTAL a même produit ses propres photographies pour accompagner l’information. Les photos montrent la distanciation sociale et d’autres mesures de protection dans un contexte culturel familier pour le public.

La stratégie varie. Dans certains endroits, CABTAL a produit des versions audio qui sont diffusées sur les radios communautaires. Là où CABTAL a entrepris un travail d’alphabétisation, les livrets terminés sont enregistrés avec le logiciel d’alphabétisation Bloom. de SIL. Ensuite, un « livre parlant » Bloom peut être envoyé à des smartphones via le réseau social WhatsApp.

Une vingtaine de langues ont été enregistrées jusqu’à présent, a déclaré Emmanuel. De plus, des groupes linguistiques travaillant avec d’autres agences bibliques ont également demandé à CABTAL la permission de traduire le matériel pour leurs communautés.

« Nous essayons de toucher les communautés en utilisant tous les moyens dont nous disposons », a-t-il déclaré. « Parfois, les gens ne savent pas exactement ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. C’est donc une façon de les aider à avoir les bonnes informations et à corriger certaines informations erronées ».

Dans la communauté « Lamnso », certains disent que le nom donné à Covid-19, Sòv njoŋ, évoque déjà la gravité du virus. Il signifie « pneumonie avec épines ».

Avantages à long terme

Tout en répondant aux besoins urgents des communautés, les efforts de CABTAL servent également le mouvement de traduction de la Bible.

Bonjioh Daniel (debout) et Dieudonne Nsalar (à gauche) de CABTAL avec deux traducteurs du projet Nkwen.

« Nous avons rapidement décidé de le faire, car nous savons que si nous n’alertons pas et ne prenons pas soin des communautés, cela affectera certainement le travail de traduction de la Bible dans lequel nous sommes impliqués », a déclaré Emmanuel. « Les traducteurs seraient en danger. Les alphabétiseurs seraient en danger. Leurs familles seraient en danger. C’est donc une façon d’être proactif ».

CABTAL et les communautés signent des accords de partenariat pour la traduction de la Bible et le travail d’alphabétisation. Emmanuel considère les informations au sujet du COVID-19 comme une conséquence naturelle de ces accords.

« Dans un partenariat, nous travaillons ensemble lorsque les choses vont bien et lorsque les choses sont difficiles », a-t-il déclaré. « C’est le moment pour nous, en tant que CABTAL, de prendre nos responsabilités pour solidifier ce partenariat avec les communautés en prenant soin d’elles et en leur donnant des informations qui peuvent les aider à se protéger et à protéger leurs familles ».

Les commentaires en ligne ont confirmé la stratégie, a ajouté Emmanuel, notamment par WhatsApp.

L’un d’entre eux a dit : « J’ai reçu l’annonce. Wow! Les gens qui ont fait ça, ils ne savent pas ce qu’ils font pour la communauté. C’est quelque chose de vraiment génial, parce que les gens de la communauté vont l’entendre dans la langue qu’ils comprennent ».

Un autre message, par le biais du site web de la CABTAL, disait « J’ai entendu et vu le merveilleux travail que vous faites pour que les gens avec moi, y compris moi, soient au courant de la sagesse de la Sainte Bible en utilisant leur langue maternelle et locale. Cette fois-ci, j’ai été submergé de joie en découvrant une courte vidéo de sensibilisation en langue nkwen sur l’épouvantable épidémie de covid19. Félicitations pour cela, car vous faites ce qu’il faut. J’espère que vous le ferez pour d’autres langues locales ».

Le Cameroun, pays d’Afrique centrale et orientale de 25 millions d’habitants, avait signalé 803 cas de COVID-19 et 10 décès au 13 avril..

Article de Jim Killam, Alliance Mondiale Wycliffe

Un village rom transformé

  par Jurek Marcol En 2017, l’Association Missionnaire Bib...

Read more

La pandémie incite à l’innovation en matière de conseil

Alors que la traduction de la Bible a toujours été un processus en f...

Read more

L’Alliance accueille un nouveau directeur exécutif

Le mercredi 3 juin 2020, Dr. Stephen Coertze a assumé le rôle de dir...

Read more